Ce jeu qui m’a fait pleurer

Cette vidéo m’a beaucoup fait rire sur JV.com, car les chroniqueurs sont tous en mode « non moi je ne pleure pas, je suis mort à l’intérieur, j’suis un bonhomme, bla bla ».

Eh bien non, je ne suis pas morte à l’intérieur, loin de là. J’aurais même envie de dire que j’ai une empathie malheureusement sur-développée et une dangereuse facilité à l’identification. Je ne citerai donc pas un, mais deux jeux qui m’ont fait pleurer comme une madeleine et me sentir vraiment mal. Par contre, attention spoiler : si vous n’avez pas fini Final Fantasy X et l’histoire de base de l’extension Heavensward de Final Fantasy XIV, ne lisez pas la suite !

81af4d24b8a9dc964d4d1c7313467045dc277e6f

A bien y réfléchir, il n’y a que des Final Fantasy qui me viennent en tête quand on parle de séquences vidéoludiques fortes en émotions…

Final Fantasy X : la fin

7949

Je vais esquiver de justesse le cliché « Titanic-like » : non ce ne sont pas les adieux entre Tidus et Yuna qui m’ont fait flancher, mais le discours de cette dernière juste après, ou plutôt cette phrase : « The people and the friends that we have lost, or the dreams that have faded…Never forget them. » (en sachant que j’avais perdu mon grand-père un mois plus tôt). J’ai trouvé cette phrase vraiment très forte et très juste…

Final Fantasy XIV : Heavensward

Les rebondissements s’enchaînent très vite dans Heavensward, et je ne m’attendais absolument pas à voir la mort d’un personnage bienveillant et protecteur : Haurchefant. Ca arrive comme ça, à la fin d’un donjon, sans prévenir, et la séquence est difficile à supporter car un soin tout particulier a été apporté à l’expression des émotions par les personnages, dont le nôtre.

Et en plus en plus, on en rajoute encore une couche avec le passage où il faut aller annoncer la nouvelle à son père. Personnellement, c’est là que j’ai craqué, car sa réaction est encore une fois bien rendue et très réaliste.

A titre de mention spéciale, il y a un autre passage qui m’a mis une boule dans la gorge mais où j’ai presque réussi à me contenir (genre « non mais ça suffit l’ascenseur émotionnel là, j’en peux plus ») : le sacrifice de Shiva pour nous permettre d’arriver à Azys Lla.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *