L’accessibilité par Blizzard

Malgré toute la hype autour d’Overwatch, j’avais rapidement mis le jeu de côté, m’attendant à être malade en y jouant, comme avec la majorité des FPS. J’en parlais déjà dans un rapide article au sujet du FoV sur un ancien site (Wildstar Housing). Cependant, il semblerait que Blizzard ait décidé de s’attacher à corriger ce problème pour attirer une nouvelle population sur son jeu (comme d’habitude, mais j’y revendrai). Regardons ça de plus près…

498d4646-5590-4bb0-87d4-8b6c032fa627

Jeff Kaplan en parle en personne dans ce post de forum, et la traduction est disponible sur Judge Hype. On apprend donc que les problèmes de motion sickness ne sont pas dûs qu’au FoV, mais bien à plusieurs critères, par ordre d’importance :

  • le FoV,
  • le FPS,
  • les animations de caméra,
  • les animations du personnage joueur,
  • la vitesse de course,
  • l’échelle du monde,
  • le ground clutter (ou clipping),
  • la hauteur de la caméra.

Je n’ai pas encore pu m’essayer à Overwatch, donc prudence pour le moment. Ceci dit, l’attachement de Blibli à rendre son jeu accessible à un maximum de personnes, dont celles atteintes de motion sickness, ne m’étonne pas vraiment.

Dans le monde des bisounours, on se dirait que Blibli, c’est vraiment des gentils, qu’ils prennent soin de leurs joueurs, bla bla. Oui et non. Il ne faut pas nier qu’il y a un fort argument commercial derrière, celui qui a fait la force de World of Warcraft, Heroes of the Storm ou Hearthstone : plus il y aura de joueurs de tous horizons, plus le jeu sera rentable.

Certes, cela est bien vu par certains, mal vu par d’autres, je ne creuserai pas le pourquoi de chaque côté. Mais j’aime la méthode utilisée par Blizzard pour ouvrir à un large public ses productions : plutôt que de tomber dans le cliché du jeu qui va plaire au plus grand nombre sur son fond (explication dans ce Merci Dorian sur la diversité), Blibli s’attache à sa forme, que ce soit son gameplay ou ses fonctionnalités.

On va sortir un FPS ? On résout le problème du motion sickness. On fait un mmo où l’aspect visuel est important ? On met un mode daltonien (un grand merci au passage, je fais partie des rares daltoniennes et oui, ce mode est utile ;)). On sort un MOBA ? Rendons-le plus léger et plus « fun » (dans le sens « moins contraignant ») que les jeux du même type.

D’ailleurs, à bien y regarder, les jeux Blizzard ne ciblent pas vraiment la même population que les titres « hardcore » du même genre, principalement à cause des modifications de gameplay : on ne peut pas sérieusement comparer Heroes of the Storm et League of Legend, Hearthstone et Magic, Overwatch et Call of Duty, ou encore Diablo 3 et Path of Exile.

Oui, les jeux Blibli sont plus simples et plus léchés, et pour une partie des joueurs, c’est cela qui les rend plus fun à jouer. Je vais m’arrêter là avant de rentrer dans le débat (stérile) casu contre hardcore gamer. Je hais ce débat. Vraiment. Parce que je suis une casu (j’aime jouer pour m’amuser avant tout, sans prise de tête) qui joue 40 heures par semaine. C’est lorsqu’on ne rentre dans aucune case qu’on se rend compte qu’elles n’ont pas lieu d’être, et c’est en ça que je rejoins l’analyse de Dorian (avec quelques ajouts sur ce post FB).

Prenons les choses telles qu’elles sont sans se soucier du concept de « vrai jeu », « vrai joueur », etc : merci Blibli de prendre un peu soin de vos joueurs sur certains aspects.

Et verdict sur le motion sickness dans quelques jours 😀

 

Note : Il faut savoir que l’accessibilité est un point que je soigne particulièrement dans mon métier. C’est peut-être pour ça que cette démarche me touche autant.

Note 2 : Je n’ai pas fait de comparaison entre Wow et les autres mmorpg car non seulement l’historique de ce jeu est un peu différent des autres titres de la firme, mais en plus je connais très mal la période mmo pre-Wow.

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *