Mon passage chez Sega à l’époque des 16 bits

Comme je l’expliquais précédemment, je suis tombée dans la presse vidéoludique quelques années après mes débuts sur NES. Grâce à Player One, j’ai découvert que les jeux vidéo évoluaient. La NES, c’était dépassé ! Depuis quelques temps, on parlait surtout de la Megadrive et de la Super NES, cette dernière venant juste de sortir.

Des jeux plus beaux, plus longs, plus complexes : comment pouvais-je rater ça ? Oui, mais que choisir ?

sega-sonic-logo

« Si tu prends la Super Nes, tu auras les mêmes jeux que sur NES, ça n’a pas d’intérêt ». Quand on est jeune, on est con et on suit les conseils de sa famille. C’est donc d’après cet avis que j’ai migré chez Sega, d’abord avec la Game Gear puis avec la Megadrive. Exit les Mario, Zelda, Donkey Kong et Kirby, bonjour Sonic, Sonic, Sonic et Sonic…

Non ok, je suis de mauvaise foi, il y avait de très bons jeux aussi de ce côté : j’ai bavé pendant des années sur les Phantasy Star, Shining Force et autre Legend of Thor… sauf que je n’y ai jamais joué, ou alors très rapidement parce qu’on me l’avait prêté quelques jours. Avec du recul, je suis un peu triste d’avoir raté la SNes et ce qui aurait pu être une période riche en RPG.

Heureusement que la Playstation a été là pour rattraper le coup…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *